L’art de l’iconographie

Elicec part sur les routes pour aider sa guide conférencière à préparer des circuits de visite, mais pas que ! En effet, parfois elle retrouve ses collègues lors de journées de formation sur la région des Hauts-de-France avec l’ANCOVART.

Début avril, c’était rendez-vous dans la métropole lilloise avec au programme l’iconographie religieuse.

Première étape, la chapelle d’Hem !

Il faut savoir que la chapelle est d’une architecture moderne car sinon on passe à côté (vécu ce jour-là par Elicec !)

Son campanile rappelle les cheminées des teintureries qui étaient très présentes sur la commune, car nous sommes à proximité de la Marque. Jouxtant la chapelle, nous retrouvons des petites maisons blanches qui ont un faux air des maisons de béguinages.

Cette chapelle dédiée à Sainte-Thérèse-de-l ’enfant-Jésus et de la Sainte-Face, a été inaugurée en 1958, et fait donc ainsi partie de ce qui est appelé le renouveau de l’art sacré, qui a lieu juste après la Deuxième Guerre mondiale.

Cinq personnes sont à l’origine de l’édifice : Philippe Leclercq (mécène, famille riche de la ville de Roubaix), Alfred Manessiez (artiste), Hermann Baur (architecte), Eugène Dodeigne (sculpteur), Jacques Plasse Le Caisne (tisserand).

De l’extérieur, Elicec se demande à quelle sauce elle va être manger car elle n’a pas forcément envie d’entrer au vu de l’architecture extérieure…

Nous avons une expression : « l’habit ne fait pas le moine ». Eh bien, nous pouvons l’utiliser ici car elle a été étonnée de voir un intérieur comme celui-là….

La chapelle est simple, modeste et sobre. Pas de vitraux comme les apprécient particulièrement sa guide, mais des dalles de béton serties de blocs de verre colorés, œuvre de Manessiez. Une référence est d’ailleurs faite aux arbres qui se trouvent sur le bord de la route. Avez-vous aperçu les arbres ?

Ce qui est étonnant dans cette chapelle, c’est que l’autel permet déjà de célébrer les offices face aux fidèles alors que nous ne sommes qu’en 1958. En effet, jusqu’en 1962, date du concile de Vatican II, le prêtre célèbre l’office dos aux fidèles. La chapelle a ainsi un temps d’avance en ce qui concerne cette pièce de mobilier qui est au centre de la liturgie chrétienne !

Elicec a été sous le charme de ces parois colorées et vous invite à découvrir cette petite chapelle mais un jour de beau temps, car ce jour-là il y a eu un orage et le bruit était impressionnant, d’autant plus que l’édifice est sombre de nature…

Maintenant direction un édifice familier à sa guide et qui se trouve en plein cœur du Vieux-Lille ! Avez-vous trouvé la deuxième et dernière étape de la formation ?

Il s’agit bien évidemment de la Cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille !

Édifice particulier, pas très beau architecturalement parlant pour beaucoup de personnes qui la découvrent pour la première fois… C’est également du vécu pour sa guide, Elicec également a eu du mal à voir une association entre le néo-gothique et le contemporain pour une cathédrale.

Lille souhaite se doter d’une cathédrale alors que le diocèse n’est pas encore créé, il faut attendre le début du 20e siècle ! Sinon auparavant, pour rencontrer l’évêque il est nécessaire de se déplacer jusqu’à Cambrai.

Première pierre posée au 19e siècle, après avoir mis en place un concours d’architecte. Plusieurs péripéties vont perturber la construction, les deux conflits mondiaux vont retarder les travaux. Une façade temporaire faite de pierres et de bois sera installée juste après la Deuxième Guerre mondiale et il faudra attendre 1995 pour que la décision de fermer définitivement l’édifice ne soit prise. L’inauguration de cette façade contemporaine, réalisée par Carlier est inaugurée en 1999 !

Mais une fois à l’intérieur, on ne peut que tomber sur le charme de cette façade, qui du blanc passe au orange vif !

Cette visite par les collègues a été l’occasion de laisser les yeux se promener un peu partout pour la regarder différemment, car pour une fois pas de commentaires à faire pour les visiteurs !

L’occasion de redécouvrir des mosaïques présentes sur les murs avec notamment la représentation d’Aristote, (prince des philosophes et des naturalistes) ou de Volta (physicien connu pour ses travaux sur l’électricité)

Mais c’est surtout cette mosaïque au sol qui a attiré l’attention d’Elicec : elle représente les blasons de toutes les paroisses qui ont composé la châtellenie de Lille.

Mais qu’est-ce qu’une châtellenie ?

Il s’agit d’un découpage administratif déjà présent du temps des comtes de Flandre. Il s’agit d’une juridiction confiée à un seigneur et qui rend la justice locale et récole les impôts. Il est le représentant du pouvoir.

La visite se termine par lé découverte de sculptures contemporaines qui sont exposées dans les différentes parties de la cathédrale. Voici celle qui a le plus plu à Elicec et à sa guide.

Commandée en 2018 par Monseigneur Ulrich, archevêque de Lille, au sculpteur Nicolas Alquin, dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre. Son titre est « La paix soit avec toi ! ». Voici une citation de l’artiste à propos de cette sculpture : « C’est une femme tenant un portrait au visage blessé qui ressemble au sien. Elle nous dit : « je relève l’autre qui était à terre, je lui porte toute mon attention, je l’envisage comme un autre moi-même » »

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Pour plus d’information sur l’ANCOVART qui est à l’origine de ces formations régionales pour les guides conférenciers, je vous mets ici le lien vers le site internet

https://www.ancovart.fr/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s