Elicec à la découverte …

Pour une première fois à Paris, Elicec s’est rendue au musée du Louvre pour y découvrir deux expositions temporaires. Voici un petit aperçu de la première qui est consacrée à la gravure.

Mais qu’est-ce que la gravure ?

C’est une technique qui consiste à creuser le dessin sur une plaque en métal (appelée matrice) pour ensuite l’encrer avant de la passer sous une presse et d’obtenir le résultat final. La gravure est un moyen utilisé par les artistes pour créer des sujets mais également pour reproduire un sujet déjà existant (peinture, dessin) permettant ainsi le voyage des oeuvres sur les différents territoires européens, inspirant les artistes restant sur place.

L’exposition présentée concerne les collections royales du 18e siècle avec des matrices en cuivre, des gravures ou encore des dessins, le tout pour illustrer le règne de Louis XIV, mais également celui des souverains suivants.

Une première série comprend des œuvres présentant les fêtes et divertissements royaux.

Cette série fait partie des premières gravures commandées par Colbert. Les fêtes sont organisées à l’occasion des victoires militaires du jeune roi de France, Louis XIV, lors des guerres contre l’Espagne et la Hollande (1672 – 1678). Les scènes gravées seront par la suite regroupées dans des recueils offerts comme cadeau diplomatique, moyen de montrer la puissance du royaume français.

Louis XIV est également un grand mécène et il va se constituer un corpus d’œuvres de maîtres qui seront pour certaines d’entre elles gravées à sa demande, encore une fois pour montrer la richesse de ces collections royales.

Qu’il s’agisse de mythologie comme avec « Hercule tuant l’hydre de Lerne » ou des scènes de bataille comme « Bataille d’Arbelles », présentée par le biais des matrices ou de dessins préparatoires.

Les gravures sont aussi un moyen de mettre en avant le travail commandé par le roi pour des tapisseries, ici par exemple un détail représentant l’Hiver.

En plus des arts, Louis XIV va créer les Académies des sciences (1666), d’architecture (1672) en plus de donner des pensions à des poètes et hommes de sciences. L’imprimerie royale va mettre en place des livres illustrés concernant des sujets parfois au cœur des débats comme l’astronomie, la zoologie ou la biologie. Et pour cela, les graveurs vont réaliser les frontispices des ouvrages.

La Cabinet du Roi a été mis en place également pour mettre en avant l’histoire du roi lui-même, Van der Meulent mettra ainsi en scène les grandes batailles du règne. De ces grandes batailles Elicec et sa guide conférencière connaissent bien la série de tableaux réalisés pendant la campagne de Flandre avec les batailles de Saint-Omer (copie visible dans le Moulin à Café) et de Cassel (copie visible au Musée Départemental de Flandre).

Le Cabinet du roi cessa après la mort de Colbert, tout en restant un modèle. Se sont les Menus Plaisirs du roi qui reprendront les commandes de gravures pour garder une trace des fêtes et des divertissements sous le règne de Louis XV.

La dernière partie de l’exposition est consacrée à un autre moment du règne d’un souverain organisé par les Menus Plaisirs : ses funérailles. Elles se déroulaient principalement en deux lieux : la cathédrale Notre-Dame de Paris ou la basilique Saint-Denis. Des décors allégoriques sont réalisés pour cet événement rappelant ainsi les liens familiaux entre les grandes familles royales européennes.

Voilà pour la première exposition au Louvre, la deuxième sera présentée dans un deuxième article 😊

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s