Vivre une odyssée

Mais d’où vient cette expression ? Quand quelqu’un vit une odyssée, c’est qu’il affronte une aventure hors du commun, faire comme Ulysse, un voyage mouvementé aux péripéties diverses.

Elicec ne vous propose non pas un voyage remplis de rencontres plus improbables les une que les autres, mais plutôt une balade tranquille à travers les œuvres littéraires d’Homère, car c’est bien lui qui est à l’honneur !

Qui n’a pas lu pendant son cursus scolaire des extraits de l’Iliade et de l’Odyssée d’Homère ?

Elicec est partie se plonger dans ces deux ouvrages par le biais de l’art, grâce à l’exposition intitulée « Homère » au Louvre-Lens. Dès votre entrée, vous êtes téléportés dans l’Antiquité avec le panthéon des dieux. Voici la statue coup de cœur de notre mascotte et il ne s’agit pas d’une déesse mais d’une des neuf muses : Polyminie qui est la muse représentant la Rhétorique, l’éloquence. On lui prête la faculté d’inspirer les auteurs des poèmes et récits ainsi que des aèdes.

La première partie de l’exposition est dédiée à Homère et son image. Du stéréotype aux questionnements sur son physique, la représentation de celui-ci dans l’art, tout y passe avec des peintures, sculptures ou tapisseries.

Suit une galerie d’objets et une chronologie pour faire un parallèle entre les objets décrits dans ses écrits et la réalité. Vitrine assez dense mettant en avant parfois quelques incohérences de la part d’Homère.

Vient ensuite la présentation de ces deux ouvrages célèbres : la scénographie nous invite d’abord à nous immerger dans la guerre avec l’Iliade pour ensuite voguer dans l’Odyssée.

Une présentation appréciée par Elicec qui ne connaît pas par cœur les personnages des deux ouvrages, se sont ces « arbres » présents avant le début des récits pour nous remettre les idées en place. Pour rappel, l’Iliade n’évoque que les cinquante derniers jours de la dernière année de la guerre de Troie 😉

Suit la présentation des principales scènes représentées par les artistes peintres, sculpteurs ou orfèvres. Voici une sélection des œuvres découvertes, avec Thétis apportant le casque d’Achille ou …

… la représentation monumentale de la mort de Sarpédon, prêt exceptionnel du Musée d’Orsay.

Avant de se diriger vers le deuxième ouvrage, une partie est à ne pas oublier pour terminer la première section, celle où le moulage de Laocoon est présente. Pour la petite histoire, ce groupe sculpté représente le prête troyen et ses fils attaqués par des serpents. Dans le mythe, c’est lui qui prévient de se méfier des présents des Grecs. Il va notamment lancer une lance sur les flancs du cheval qui sonne creux, mais personne n’y fait attention. La mort est attribuée à un châtiment des dieux contre celui qui s’attaque aux offrandes.

Direction l’Odyssée pour naviguer avec le héros Ulysse ! 😊

La première pièce est dédiée à un épisode que beaucoup de monde connaît : celui des sirènes ! Les artistes les ont souvent représentées sous la forme que nous connaissons, c’est-à-dire un être hybride mi-femme mi-poisson, mais également sous sa forme d’origine un être mi-femme mi-oiseau ! De plus, les artistes de plusieurs époques sont présentés avec des courants artistiques nombreux à être représentés : Françoise Petrovitch, Marc Chagall, la manufacture des Gobelins…

… et surtout un artiste bien connu de la guide-conférencière d’Elicec : Léon Belly !

D’où la connaît-elle ? Du musée de l’Hôtel Sandelin à Saint-Omer ! L’œuvre finale est exposée dans l’escalier d’honneur, vous ne pouvez pas la rater 😊 ici, au Louvre-Lens il s’agit d’un travail préparatoire qui a été restauré juste avant son exposition.

Mais en quoi consiste cette scène inspirant les artistes ? L’épisode relate comment Ulysse va échapper aux sirènes en bouchant les oreilles des matelots avec de la cire d’abeille. Il demandera à être attaché au mât afin d’entendre le chant des sirènes sans pour autant y succomber ! Car en effet, rien à voir avec Arielle, la petite sirène de Disney ! Mais plutôt des sirènes voraces faisant des hommes leurs repas 😉

L’épisode du cyclope est aussi présent dans la séquence consacrée à l’ouvrage avec Chagall, mais également les femmes qui ont eu une importance durant le voyage d’Ulysse avec ici le coup cœur sur Circé offrant la coupe à Ulysse par l’artiste William Waterhouse.

Pour terminer, n’oublions pas qu’Homère a inspiré nombres de personnalités comme Victor Hugo pour ne citer que lui. Nous retrouvons les épisodes des deux récits dans des livres, des peintures, des caricatures ou du mobilier.

Terminons par la citation qui clôture l’exposition : « Toutes ces choses n’existent pas mais elles durent encore ».

L’exposition se termine lundi 22 juillet, alors profitez du week end pour la découvrir car en plus les derniers jours sont gratuits !

Lien vers le site du Louvre-Lens pour préparer votre visite : https://www.louvrelens.fr/

Et voici le lien vers le site du Musée Sandelin : https://www.musees-saint-omer.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s