Quand l’art se brode

Une deuxième exposition est visible au musée de Cluny et Elicec n’a pas raté l’occasion de la découvrir en même temps que l’exposition sur les coffrets. Mais qu’est-ce que la broderie ? C’est sur cette question que s’ouvre l’exposition. « La broderie est l’art d’ajouter à la surface d’une étoffe déjà fabriquée (…) la représentation de tel objet que l’on désire, à plat ou de relief ; en or, argent ou nuances » (Charles Germain de Saint-Aubin, Art du brodeur, 1770).

Durant le Moyen Âge, la broderie se retrouve absolument partout : sur les vêtements des riches familles, sur les ornements de mobilier ou encore les vêtements liturgiques.

Alors, mettons-nous en route pour découvrir les collections du musée de Cluny 😊

Elicec n’étant pas familière de la broderie ou de tout autre travail nécessitant une aiguille, le début est pratique avec une vitrine présentant les différents points possibles ainsi que tout le nécessaire pour effectuer de la broderie au Moyen Âge, certains ustensiles ne prennent pas une ride ! Voyez par vous même 😉

La première séquence se concentre sur les régions germaniques et mosanes, toute deux faisant partie de l’Empire germanique. Les broderies exposées ont été réalisées entre les 12e et 14e siècles. Elles sont reconnaissables notamment avec le décor qui est géométrique, mêlant motifs végétaux, des animaux stylisés ou encore de l’héraldique.

Elicec a notamment passé un peu de temps à admirer le travail de broderie effectué pour l’antependium dit de Malines. Un antependium est un devant d’autel (« qui pend »), souvent couvert de décors afin d’habiller l’autel. Sur celui qui est présenté, nous retrouvons notamment Saint-Martin de Tours.

Les broderies sont également présentes sur des objets du quotidien comme les aumônières, bourses ou encore des coiffes. Voici ceux qui ont attirés le plus l’attention d’Elicec 😉

On continue la visite de l’exposition et voici les broderies qui ont attiré et impressionné Elicec ainsi que sa guide. Il s’agit de fragments de caparaçon de cheval. Ils représentent des broderies représentant des léopards héraldiques et des figures courtoises. Il faut avouer qu’au premier abord, Elicec a cru avoir à faire à des lions …

Nous avons vu que les broderies sont présentes sur les vêtements des nobles familles, et cela va jusque sur les chaussures, sans oublier les habits liturgiques, preuve en est avec ces sandales liturgiques de Saint Edme, datant du milieu du 13e siècle. (Saint Edme décide très tôt de devenir prêtre et part faire ses études à Oxford. Il sera le premier à obtenir un Master of Arts. Il deviendra un grand prédicateur et sa renommée l’amènera à devenir évêque de Cantorbury, choix fait par le pape Grégoire IX. Suite à un désaccord avec le roi d’Angleterre Henri III, il se réfugiera en France et se retire dans au couvent de Soisy-Bouy, près de Provins.)

Restons dans la liturgie avec un détail d’une mitre brodée de la Sante-Chapelle, réalisée en France fin 14e siècle. Incroyable comme travail, vous n’êtes pas d’accord ?

Parce que l’exposition n’expose pas que des broderies, mais également d’autre arts médiévaux comme la sculpture de ce dyptyque, des livres enluminés, ou des tableaux.

La religion reste présente de façon majoritaire pour les collections du musée de Cluny, nous avons un cycle brodé représentant la vie de Saint-Martin représentée en 23 médaillons sur des panneaux rectangulaires.

Chose plus surprenante, du moins pour Elicec ( !), c’est que la broderie peut être utilisée pour les couvertures de livres, ici un très bel exemple du livre Des droits et prééminences de la couronne de France, d’où ces fleurs lys ornant la couverture. Les fleurs de lys sont présentes sur les tissus dès qu’il s’agit d’évoquer la monarchie française comme sur cette tapisserie.

Terminons le parcours avec quelques dernières photographies de broderie : détail d’une chasuble représentant des scènes de la vie de la Vierge, des broderies de rapport (il s’agit dans ce cas de se partager différents motifs qui seront ensuite rassemblés pour constituer une scène d’ensemble). La production en série est aussi abordée, car déjà à l’époque on souhaite posséder un motif qui plaît à un grand nombre de personnes influentes et ainsi prouver son importance.

Et voilà pour la découverte de l’exposition sur l’art des broderies, présentée au musée de Cluny jusqu’au 20 janvier 2020.

Elicec vous salue et vous dit à bientôt ! 😊

Voici le lien vers le site internet du musée de Cluny afin de préparer votre visite : https://www.musee-moyenage.fr/visiter/informations-pratiques.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s