Voûtes et gargouilles à Compiègne

Lors du dernier passage dans la ville de Compiègne, Elicec est retournée au palais avec sa guide conférencière qui terminait de préparer le lieu pour une visite guidée. Le musée sur la Second Empire étant fermé à ce moment-là, la décision a été de faire un petit tour en ville pour aller y découvrir dans un premier temps le patrimoine religieux faute de temps disponible sur place. Mais qu’à ne cela ne tienne, Elicec reviendra ! 😊

Ainsi deux églises ont été découvertes : l’église Saint-Jacques et l’église Saint-Antoine. Lets’go !

Commençons avec l’église Saint-Jacques. Elle se trouve à proximité du Palais Impérial, et est repérable par sa tour, et de certains restaurants et cafés, pratique pour une pause !

Sa tour datant du 15e siècle est la plus haute de la ville, elle a été dotée au 18e siècle d’un riche intérieur, héritage d’être une ancienne paroisse du roi et de la cour ? Notons que sa construction a été réalisée en plusieurs fois, la tour qui vient d’être évoquée clôture les travaux de construction qui ont débuté au 13e siècle. En faisant le tour de l’édifice, Elicec est tombé sur une petite sculpture amusante et rouge !

Entrons découvrir ce riche décor de boiseries et de marbre. Elicec et sa guide n’ont pas pour habitude de voir les piliers de la nef habillés par des boiseries mais cela fut une belle découverte. Ce premier tour dans l’édifice est le moyen de l’apprécier dans sa globalité même si les vitraux ont de suite attirés l’attention, voici quelques photos de ce travail de verre.

Le travail du bois et vraiment splendide que se soit pour le coffrage des piliers de la nef mais également celui du mobilier du chœur de l’église. Les stalles sont particulièrement magnifiques. Côté pratique et confortable, ce n’est peut-être pas le meilleur mais pour les yeux c’est un régal 😊

Mais qu’est-ce qu’une stalle, allez-vous nous dire ?

Il s’agit des rangées de siège qui se trouve dans le chœur et qui sont réservées aux membres du clergé. Elles sont souvent sculptées et deviennent véritablement des témoins de l’artisanat d’art. Les stalles sont régulièrement accompagnées par les miséricordes (assise que l’on peut relever, possédant une deuxième assise discrète permettant ainsi de se reposer sans que personne ne puisse le voir 😉). Petite information sur les stalles : il s’agit d’un don de Louis XV !

Et pour terminer, une chapelle qui attire l’attention car elle est remplie de reliquaires et autres objets liés au culte religieux. Elle est nommée chapelle du Sacrarium depuis juillet 1933, elle abrite ainsi pas moins de 37 châsses (autre terme utilisé pour désigner un reliquaire dans certains cas) contenant plus de 150 reliques !! Ces reliquaires étaient présents dans l’ancienne abbaye Corneille et l’ancien couvent de la Visitation, beaucoup d’entre elles ont été sauvées lors de la Révolution en les entreposant dans l’édifice.

Direction la deuxième église découverte en cette après-midi ensoleillée : l’église Saint-Antoine, qui ne le cachons pas a été le coup de cœur d’Elicec, maintenant que vous commencez à la connaitre, vous avez surement une idée du pourquoi 😉

Certes, elle aime beaucoup les gargouilles, mais il faut entrer à l’intérieur pour découvrir le coup de cœur, donc encore un peu de patience, car vous ne le découvrirez qu’à la fin de l’article ! 😉

L’édifice a été construit entre le 13e et le 16e siècles, le style est ainsi majoritairement gothique même si les vantaux en bois couronnant les deux tours du portail datent de la Renaissance. Il est temps d’entrer !

En traversant la nef, on a la surprise (qui se voit dès le départ, donc pas vraiment une surprise!) d’avoir un changement de décor et de matériaux entre la nef et le chœur. Une sensation de clarté est tout de même présente tout du long même si la couleur grise est souvent peu appréciée par le visiteur car elle est associée au sentiment de tristesse et de morosité. Elicec n’a aucun problème à ce propos surtout lorsque le voûte est gothique et travaillée comme ici au niveau des nervures.

Pendant son parcours dans les bas-côtés, Elicec a été attiré par quelque chose qui lui est familier et qu’elle retrouve dans la cathédrale de Saint-Omer : il s’agit d’une pierre tombale en pierre de Tournai. Il y aussi les décors peints qui sont toujours beau à regarder, surtout lorsqu’ils sont en bon état de conservation 😊

Et il est temps de dévoiler le coup de cœur de la journée d’Elicec à Compiègne. Il s’agit des voûtes présentes dans les bas-côtés de l’église. A vous de les découvrir et Elicec pour donne rendez-vous bientôt pour de nouvelles aventures dans les Hauts-de-France 😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s