L’Acropole du Périgord

Direction le Périgord pour le premier article d’une série. En effet, cet été, Elicec et sa guide-conférencière sont allées découvrir cette région en compagnie de membres de leur famille 😉

La première découverte c’est la ville de Domme, surnommée « l’Acropole du Périgord ». Nichée sur un éperon rocheux, la ville domine la vallée de la Dordogne et fait partie des plus belles bastides périgourdines. Le panorama est splendide et permet de se familiariser avec les lieux : la Roque-Gageac (visible à l’arrière-plan de la photo), mais aussi le château de Beynac et autres trésors nichés dans les cingles de la Dordogne.

La position de Domme semble idéale, en hauteur, permettant ainsi de surveiller les alentours et de contrecarrer les attaques ennemies.

La bastide a obtenu des privilèges dès sa création en 1281, notamment le droit de frapper monnaie. Frapper sa monnaie est signe de puissance car c’est un vecteur de commerce qui circule à travers les territoires locaux ou non. Vous pouvez d’ailleurs retrouver dans les rues la maison du batteur de monnaie. Pas d’indices sur sa localisation mais une photo de la façade et de l’inscription pour vous aider 😊 Mais c’est aussi la qualité du vignoble de Domme qui a fait sa renommée (jusqu’à arriver sur la table présidentielle) ainsi que le commerce fluvial et ses marchés.

Il est temps d’entrer dans la bastide. Ce jour-là, entrée par la porte des Tours. C’est la porte fortifiée la plus imposante et la mieux conservée de l’enceinte.

La déambulation continue dans les petites rues et ruelles, pour arriver devant l’Hôtel de Ville qui se trouve dans la rue des Consuls. Bâtiment du 13e siècle et ancienne maison de justice du sénéchal. Il s’agit d’un officier s’occupant de l’administration royale. Le nom de sénéchal est utilisé dans le Sud, équivalent du bailli dans le Nord. En plus de l’administration, il a des attributions judiciaires et financières. Il est aussi cela qui fait connaître les ordonnances et édits royaux à la population.

Le bâtiment à Domme est utilisé comme salle des mariages, mais autrefois c’était aussi le lieu de réunion pour les notables de la ville.

La façade est reconnaissable avec les créneaux et les armes de la ville sculptées.

La grand rue permet de traverser la commune et de découvrir les différents commerces, il y a de quoi repartir avec les spécialités culinaires et autres souvenirs 😉

C’est aussi la possibilité de passer devant la statue d’un personnage bien connu des amateurs de littérature : Jacquou le Croquant. Œuvre rédigée par Eugène Le Roy (qui a aussi une rue à son nom dans la ville). Ces rues sont la possibilité de lever les yeux et découvrir des détails sculptés ou des éléments de style Renaissance. Gardez l’œil ouvert 😉

Le cœur de la ville se trouve autour de la place de la Halle et de l’église. La halle est le centre d’une commune, lieu de marché, d’échanges et de commerce. Elle est édifiée en pierre sèche au 17e siècle. C’est aussi le lieu où se trouve une belle librairie, mais pour le bien-être du porte-monnaie, Elicec et sa guide n’y sont pas entrées 😊

L’église a été détruite pendant les guerres de Religions par Geoffroi de Vivans. C’est un capitaine protestant, qui grimpa avec une trentaine de ses hommes le long des rochers de la Barre (qui se trouve à proximité de l’église actuelle, c’est aussi l’emplacement du belvédère qui permet d’avoir la vue sur la vallée de la Dordogne). Le capitaine avait choisi ce côté car les falaises étant très abruptes, et donc qui n’était pas fortifié. Après être entré dans la ville, Geoffroi de Vivans installa sa garnison et resta maître de Domme pendant quatre années. Ile plia bagage comme les catholiques reprirent le dessus dans la région. Il vend la bastide en 1592.

 L’église fut reconstruite au 17e siècle et le clocher porche a été ajouté au 19e siècle. Clocher porche qui donne une allure plate dont Elicec n’a pas trop l’habitude. L’édifice possède un très beau portail de style Renaissance et propose aux visiteurs et aux fidèles une très belle collection d’habits sacerdotaux. Ce sont aussi les fresques qui sont très belles à admirer. Comme toute église, la lumière révèle les trésors cachés dans les recoins. Voici quelques photographies de cet édifice.

Ce qui est également appréciable c’est de pouvoir prendre un peu de hauteur pour apprécier les volumes et surtout s’approcher des vitraux, une des passions d’Elicec et de sa guide 😊

La bastide n’est pas la plus grande mais dès que le soleil est présent, la pierre s’illumine de cette couleur dorée. La balade des remparts est vraiment sympathique, elle permet de faire le tour de la bastide, d’admirer le panorama d’un côté et de découvrir de belles bâtisses. Le mieux est aussi de déambuler dans les rues au hasard pour avoir de très points de vue et d’y faire des découvertes.

Terminons la balade avec une vue depuis la vallée de la Dordogne. Bastide que nous vous conseillons de visiter si vous passez dans le coin, à une vingtaine de minutes de Sarlat-la-Canéda. De toute manière, il y a de quoi faire dans les environs même si vous n’avez pas de programme de prévu 😉

Voici le lien vers l’Office de tourisme de Domme : http://www.tourisme-domme.com/

Afin de trouver les informations que vous souhaitez pour votre séjour en Périgord Noir.

A très vite pour un nouvel article !

Une réflexion sur “L’Acropole du Périgord

  1. Pingback: Arcades à Monpazier | Dans les pas de Cécile

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s